Accueil > Informatique > Migration de Ubuntu Gusty vers Hardy : le bilan

Migration de Ubuntu Gusty vers Hardy : le bilan

Il y a quelques semaines j’avais rédigé un article concernant mes réactions « à chaud » suite à la migration de mon système Ubuntu de la version Gusty (7.10) vers la version Hardy (8.04). Après une utilisation intensive (j’utilise cette version d’Ubuntu aussi bien pour l’aspect professionnel que pour mon usage personnel), voici venir l’heure du bilan.

Commençons tout d’abord par les points négatifs :

  • Le tracker d’Ubuntu (apparu à la version précédente) est toujours chez moi aussi encombrant. Il se met à indexer les fichiers de façon assez inopinée, ce qui a pour conséquence de faire tourner le disque dur au maximum. N’en ayant pas un besoin fondamental (je suis organisé, hein), j’ai décidé de le désactiver en allant dans Système – Préférences – Session et j’ai décoché le lancement du tracker. Malheureusement cela n’a pas fonctionné. Régulièrement après le démarrage, je voyais mon disque dur qui s’emballait. Après un coup d’oeil avec top dans un terminal, je me suis rendu compte qu’un processus nommé trackerd s’octroyait beaucoup de liberté sur mon système. Je n’ai pas voulu trop batailler et j’ai fini par désinstaller le paquet…
  • L’affichage : je suis sous Gnome (avec les effets Compiz activés) et l’affichage est parfois chaotique). Le titre dans la barre des fenêtres est systématiquement caché / brouillé (ce qui est gênant notamment pour voir quel fichier est ouvert par exemple). De plus parfois, lorsque je lance un terminal et affiche une grande quantité d’informations, si je vais sur une autre fenêtre alors tout est brouillé. Je suis obligé de taper une nouvelle commande pour rafraîchir le contenu du terminal. Cela vient probablement de l’activation des effets Compiz (même non personnalisés) car quand je ne les utilise pas, j’ai moins de problèmes.

Les points positifs :

  • Nautilus (l’explorateur de fichiers de Gnome) me paraît plus stable. Je n’ai quasiment aucun plantage (avant ils n’étaient pas légion, mais étant un utilisateur intensif, ils me paraissaient plus nombreux).
  • L’impression : elle est plus stable. Là où j’avais de gros problèmes parfois pour imprimer des fichiers volumineux, cela passe désormais beaucoup mieux.

Voilà évidemment dans les points positifs il y a ceux qui sont évidents comme l’apparition des nouvelles versions de logicielles, l’amélioration des fonctionnalités dans Gnome…
En revanche je ne trouve pas mon système spécialement plus rapide. Il y a aussi une chose qu’il faut noter : j’ai fait cette migration directement depuis la version précédente (en utilisant l’update-manager). L’ayant déjà réalisé sur d’autres ordinateurs je ne suis pas persuadé que cela soit la meilleure solution. Il vaut peut-être mieux tout réinstaller (en sauvegardant évidemment auparavant son /home afin de retrouver ses données et paramètres de configuration avec le nouveau système).

Categories: Informatique Tags: .: ubuntu
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks